Le temps des enseignements

Dear Unicorns,

Chaque année, les premières journées de Septembre ont ce doux goût de renouveau. Le retour des classes, les rues des villes qui se remplissent à nouveau et les plages qui retournent aux locaux. Le mois de Septembre me donne davantage envie de faire le bilan que le mois de Janvier. L’année qui se profile semble une éternité, les températures sont douces et nous avons encore la chaleur du soleil sur la peau.

Dans mes souvenirs d’enfance, les étés me semblaient sans fin. Nous prenions tous une taille de chaussures, nos parents devaient nous racheter quelques t-shirt pour remplacer ceux trop petits de l’année précédente. Deux mois dans la vie d’un enfant semblent 10 ans d’un adulte. L’école de la vie, de la nature, des voyages, des jeux et des soirées sans fin. J’ai ces souvenirs de journées remplies, revenir changée en ce début de mois de Septembre. Ces 8 semaines nous laissaient le temps de mûrir, de découvrir et de nous émerveiller.

Avons-nous arrêté de mûrir lors de notre pause estivale ? Restons-nous les mêmes après nos vacances ? Chaque expérience apporte son lot d’enseignement, chaque prise de recul nous fait grandir.  Cette année nous avons pu jouir de deux semaines hors de la ville, des pots d’échappement, des bureaux et de la climatisation. Deux semaines à vivre à notre rythme, à prendre le temps, à lire et à réfléchir. Cet été fut la clôture de chapitre de ces 24 derniers mois, je commence à laisser certains démons derrière moi et j’en suis heureuse.

 

 

Prendre le large

Ces vacances m’ont permis de prendre le large, de me laisser porter par les vagues de la vie. Quelles soient hautes ou basses. Je suis las de m’enchainer à mon ordinateur et mes réseaux sociaux. Notre monde est déjà bien contraignant, cela ne sert à rien de nous rajouter la pression du post, de la photo, du dernier article. Lors de notre court séjour à Bordeaux, nous nous sommes attablés dans un délicieux restaurant végétarien, le Kitchen Garden. Réputé pour ses plats mais aussi pour sa décoration très “instagramable”, je me suis retrouvée confrontée à une flopée de clichés que j’étais et que je suis. Entre ceux et celles qui dégainent leur portable pour réaliser une vidéo Instagram avant de saluer les gérants du lieux, ceux et celles qui passent 20mn à photographier leur plat avant de le déguster froid, ceux et celles qui vont jusqu’à changer de table plusieurs fois pour avoir le meilleur fond photo, ceux et celles qui en oublient de parler à leur compagnon de table trop occupé(e)s à poster leur expérience sur les réseaux sociaux. J’ai eu toutes ces attitudes, j’ai réalisé tous ces clichés. Je me suis stressée pour prendre la photo qui irait parfaitement sur mon compte Instagram, j’ai passé du temps à chambouler toute la table pour prendre le cliché, j’ai gâché des moments qui auraient dû n’appartenir qu’à mon couple et à mes proches.

Il est temps d’apprendre à savourer les petits instants de la vie, de ne plus se comparer aux petits bouts de la vie des autres que nous pouvons apercevoir sur les réseaux sociaux. Instagram est à la fois un vecteur de rencontres, de belles découvertes, mais aussi de voyeurisme, d’amplificateur de comparaison à autrui. Il est important de naviguer sur ces réseaux sociaux en ayant conscience que ce n’est qu’une vitrine et qu’elle ne reflète en rien la vie des personnes qui y postent. Qu’il est facile de ne poster que les beaux instants, qu’il est facile de penser que la vie des autres est ce qu’elle semble être sur les écrans.

L’été des expériences

Plus jeunes, nos étés étaient pleins de nouvelles expériences. Première colonie de vacances, premier stage de voile, première soirée sans les parents, premier job d’été. Qu’il était existant de se confronter à toutes ces premières fois. Je reste persuadée que nous mettre dans des situations inédites ne peuvent que nous aider à en apprendre plus sur nous même. Cet été, j’ai souhaité retrouver cette sensation. J’ai eu besoin de changer d’air, d’arriver dans un monde inconnu, seule.
Je m’en suis allée passer une semaine entre la Mayenne et l’Anjou, dans une ferme en maraichage biologique dans le cadre du Woofing. Jusqu’au dernier moment je me suis demandée ce que j’étais en train de faire et puis, j’ai oublié mes peurs. J’y étais venue chercher des confirmations, une confiance en mon corps. J’en suis repartie avec des enseignements multiples pleins la tête. J’y ai rencontré des personnes humbles, fières de leur métier qui ont plaisir à le transmettre. Mais surtout j’ai retrouvée la joie de l’instant présent. Oh que cela faisait longtemps que je n’avais pas réussi à savourer le moment présent, la bulle de bonheur qui est présente dans toutes nos journées. Les mains dans la terre, les muscles qui tirent, mais la satisfaction du travail bien accompli. Ce séjour n’a fait que confirmer mes rêves les plus fous.

Cette année 2017-2018 risque d’être pleine d’enseignements et de surprises. Nous avons la tête pleine de rêves, il ne tient qu’à nous de nous y atteler.

Je vous souhaite à toutes et à tous une rentrée pleine de rêves et d’envie de les réaliser. ❤

 

16 Comments

  1. Qu’est-ce qu’on peut être ridicule, sans s’en rendre compte, quand on adopte ce genre d’attitude au resto au ailleurs… Tout ça pour une bonne photo et quelques likes!
    C’est un bel enseignement de vie que tu as eu pendant tes vacances! ça a du te faire un bien fou de te reconcentrer sur l’essentiel. Dans notre société actuelle (et en plus dans le monde du blogging) savoir déconnecter semble parfois difficile… En tout cas, engager une réflexion sur le sujet c’est déjà un premier pas. Bonne rentrée à toi!

    Like

    1. Merci pour ton commentaire 😀
      Oh que oui, cela faisait des mois que Vivien-lapin m’expliquait qu’il ne me reconnaissait pas dans ces situations. J’avais besoin de temps pour comprendre ce qu’il ressentait et ce qu’il voulait dire par là 🙂
      Il est vrai que je parle ici du monde du blog et des réseaux sociaux, mais cela va bien au delà tu as raison 🙂

      Like

  2. Quel super article inspirant et motivant! Entre prise de conscience et nouveaux espoirs tu me donne envie à ma façon de profiter de chaque instant sans forcément l’encadrer dans une toile virtuelle. Des bisous! Hâte de cette nouvelle année!

    Like

    1. Merci pour ton message 🙂
      Je suis toute contente de savoir que ces petits mots ont pu te donner envie de profiter de chaque instant ❤

      Like

  3. Très belle remise en perspective. J’ai déjà entendu parler du woofing mais cela m’avait échappé qu’on pouvait aussi en faire en France. Cela va de soi pourtant… ton expérience me donne envie d’en faire de même.
    Bonne rentrée à toi aussi,
    Au plaisir de te lire à nouveau .

    Like

    1. Merci pour ton message 🙂
      En effet il est possible de faire du Woofing en France. Je ne peux que te conseiller de te lancer dans l’aventure 🙂

      Like

  4. J’ai l’impression que la prise de conscience face au ridicule (etc) des réseaux sociaux est “de saison”, c’est dans l’air du temps de se détacher un peu de tout ça, en tout cas c’est mon impression (dans mon entourage et/ou parmi les gens que je suis/lis sur Internet).

    De mon côté je n’ai que rarement passé beaucoup de temps à prendre mes plats en photo sous toutes les coutures – j’ai toujours été trop gênée face au regard des autres, consciente d’un certain ridicule de situation. Je prends quand même souvent des photos, mais rapidement, avant de ranger mon téléphone pour le repas.

    Je crois qu’on grandit un peu, à un moment, c’est tout, non?

    Belle rentrée à toi 🙂

    Like

    1. Merci pour ton message 🙂

      C’est vrai qu’on sent une prise de recul sur les réseaux sociaux, est-ce que les réflexions de certain(es) ont déclenché celles d’autres ? Je ne sais pas.
      Nous évoluons tous, comme les réseaux sociaux et leurs usages, alors il est normal que notre usage se modifie :), comme tu le résumes si bien, nous grandissons !

      Je te souhaite un bel automne 🙂

      Like

  5. Coucou Léa. J’ai aimé ton article, parce qu’il m’a fait remonter plein de souvenirs d’été. Oui, vrai. Quand on été petits, l’été paraissait tellement long, interminable, et la reprise de l’école n’était qu’un bref mirage à l’horizon! Nous n’avions pas la notion du temps ni de l’argent… Tout était fraîcheur, déouverte et vie. J’ai retrouvé cette sensation du “rien à faire” pendant dix jours cet été, dans le sud. Sensation qui m’avait manqué, et qui m’a fait le plus grand bien… Bises

    Mathilda from http://lesmatinscotons.fr

    Like

  6. Bonjour Lea,
    Merci pour ton article, j’ai apprécié le lire. Par contre, la rentré à toujours un gout amer pour mois. J’ai toujours été une amoureuse de l’été et de la plage, septembre marque la fin des bons moments et la reprise du boulot… C’est pas toujours la joie

    Like

    1. Je suis contente de savoir que mon article t’ai plu.
      Effectivement il n’est pas toujours facile de quitter les plages et les chaudes journées pour s’en aller vers l’hiver et la reprise du boulot. C’est a nous de trouver nos petits bonheurs quotidiens pour donner cette petite magie à nos journées 🙂

      Like

Leave a Comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s