Un week-end à Noirmoutier

Dear Unicorns,

Alors que nous ressortons mouffles et écharpes moelleuses, voici un dernier soubresaut d’été. Les derniers souvenirs de sable chaud, de baignade et de glace. On prend un dernier bol de soleil et de vent tiède avant de s’engrouffrer dans la fraicheur de l’automne.

Cet année était le premier été de ma vie ou que je ne passais pas au bord de la mer. Même en ayant vécu à l’étranger, j’ai toujours pu passer quelques semaines dans mon beau Finistère avant de repartir vers de nouvelles aventures. Je ne m’étais jamais vraiment rendue compte de la chance que j’avais de vivre au bord de la mer. J’ai pu vivre et grandir sur les plages ou des familles viennent profiter de quelques jours de vacances. J’ai pu observer la mer sous toutes ces facettes, qu’elle soit grise, verte, bleue ou sombre. Toujours un peu de sable au bout des chaussures et au fond des sacs, les cheveux blonds qui sentent l’iode.

La mer me manque.

Je sais bien que je n’habite qu’à une petite heure des plages de Loire Atlantique. Je sais bien que je réagis telle une enfant capricieuse. Mais ma mer, mes criques, mon sable de Cornouaille me manque. Chaque départ me tort le coeur. Vivre ses premières années au bord de la mer est un luxe et j’en savoure désormais toute la saveur.

Cet été nous n’avons pu passer qu’un petit week-end de Juillet sur les belles plages du Pays-Bigouden et du pays Fouesnantais. Je n’avais pas eu ma dose d’embruns, de cheveux salés. Alors nous avons profité de la proximité de Nantes et de la côte pour nous échapper le temps d’un week-end de Septembre à Noirmoutier.

Pour tout vous dire, je ne m’étais jamais rendue sur cette presqu’île. Je ne connaissais de Noirmoutier que les pommes de terre et les huitres. Ce fut une belle découverte, celle qui donne envie d’y retourner à tout moment de l’année. J’aimerai découvrir la presqu’île sous le vent, la pluie et partir me réfugier à l’abri, un thé à la main.
En deux petits jours nous avons pu avoir un aperçu, une bribe de ce que propose l’île. Nous avons pu profiter de ces belles journées de Septembre, celles qui réchauffent puis celles qui refroidissent. Nos journées furent rythmées par le marché, la cueillette des mûres, les jeux de raquette sur la plage, la lecture… Alors maintenant j’ai envie d’en voir plus.

Je sais que nous y reviendrons, peut-être avec nos vélos la prochaine fois ?

 

Je n’ai pas forcément d’adresse à vous conseiller,
je voulais seulement partager avec vous ces dernières bribes d’été 🙂

 

 

becomeadinosaur-noirmoutier2

becomeadinosaur-noirmoutier
becomeadinosaur-noirmoutier3

6 Comments

  1. Je suis un peu comme toi, j’ai grandi à l’île d’Yeu et aucune plage, aucune île n’est à la hauteur.
    Heureusement que j’y retourne plusieurs fois par an, c’est comme si je retrouvais une partie de moi.
    L’île de Noirmoutier est tout de même sympa =) On y est allée il y a quelques mois.

    Like

  2. Comme je comprends ce sentiment !
    Je joue à l’élastique avec les mêmes plages que toi depuis mon enfance, et je ne peux les quitter qu’avec la certitude d’y revenir. Parfois j’ai besoin de m’en éloigner, mais c’est pour mieux en éprouver le manque, alors je sais qu’il est temps d’y revenir.
    Je trouve ta série de photos sur Noirmoutiers très belle. ❤

    Like

    1. Merci pour ton message 🙂
      C’est vrai que je ne m’étais pas rendue compte de cet attachement avant de quitter la Bretagne 🙂

      Like

Leave a Comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s